Nouvelles D’ete 19

Chères utilisatrices de sympto,

Vous aviez acheté un produit ou téléchargé notre manuel sur notre ancien shop sympto et nous vous remercions de votre geste! La Fondation SymptoTherm passe une phase très difficile à cause notamment des autorités de santé suisses (swissmedic) qui voudraient nous brider et qui nous enquiquinent méchamment depuis 2014! On va gagner contre eux mais ils nous ont fait perdre beaucoup de clientes, paniquées par les messages on ne peut plus lâches de l’ancienne présidence de la Fondation.

Ensuite, le projet sympto 3 est prêt (vous avez sympto 2 qui marche depuis 2009!) et il nous faut des fonds pour l’implémenter.

Nous avons un besoin urgent de votre soutien:

Découvrez notre nouveau shop sympto : www.sympto.org/3/fr/shop
Avec votre téléphone: allez sur sympto PLUS (si vous avez un android) ou sur sympto free (App Store) et laissez-nous un commentaire positif: des utilisatrices qui n’essaient même pas la méthode nous démolissent…
Que vous ayez un compte sympto ou pas, allez sur http://symptotherm.ch/soutien et faites un geste avec votre don et demandez une attestation pour votre déclaration fiscale!

Merci de soutenir la cause féminine universelle que nous défendons.
Harri

Fondation SymptoTherm

ajustement du diabète 1 grâce à sympto

Notre conseillère Gina souffre du diabète depuis longtemps. La symptothermie lui a permis de stabiliser sa glycémie en régulant les taux d’insuline selon la phase du cycle.

Elle fait part de son expérience du processus qu’elle applique dans un long article publié chez Natural womanhood.

Continuer la lecture de ajustement du diabète 1 grâce à sympto

Sympto en espagne, suite !

Nous sommes très fières de vous présenter une nouvelle symptothermicienne qui vient d’obtenir son certificat Pâquerette PLUS: il s’agit de Marta Mondéliar de Madrid qui a créé son propre réseau internet autour de sa vision pour les femmes en désir d’aligner leur sensualité, spiritualité et souveraineté.

Continuer la lecture de Sympto en espagne, suite !

Evolution des tarifs 2019


Pour cette nouvelle année que vous nous souhaitons heureuse et fertile, nous adaptons successivement les tarifs :

1) en un premier temps, nous passons, du Franc suisse à l’Euro. Donc un suivi Apprentissage coûtera désormais 150 € et non 150 CHF.

2) pour coller à vos besoins en matière de suivi, aussi pour marquer la haute qualité de nos services et de notre didacticiel, et en proposant une rémunération correcte de notre réseau de conseillère, nous allons revoir tous nos produits et toutes nos offres au cours de l’année 2019.

Le passage à l’€uro risque d’entraîner quelques désagréments techniques mais nous ferons au mieux pour passer ce cap.

Merci de votre compréhension et de votre soutien !

Pour le Conseil de Fondation: 
Muriel Wettstein, présidente
Harri Wettstein, secrétaire

Information aux utilisatrices de sympto.org

Mise à jour : le déblocage de la situation a été effectué par les recours que nous avons déposés. 

Chères utilisatrices de sympto.org et des applis sympto,

Comme vous avez pu le constater, depuis le 20 décembre 2018, toute nouvelle inscription sur le site Sympto.org a été bloquée par décision de l’Autorité de surveillance des fondations en Suisse. Cette dernière estime que nous ne nous sommes « pas soumis à la procédure d’évaluation de la conformité. Dès lors, le site est bloqué afin d’éviter toute nouvelle inscription ».

Nous avons suivi la demande du tribunal

Or nous nous sommes bien soumis à la procédure d’évaluation, comme nous l’avons assuré dans un précédent communiqué, à la suite de l’arrêt du tribunal fédéral du 17 septembre 2018! Nous avions reconnu que nous avions perdu et que nous devions devenir un dispositif médical. Soit. Nous avons donc immédiatement déposé un dossier pour être reconnu dispositif médical de classe I auprès de Swissmedic le 12 octobre 2018. La preuve, c’est que Swissmedic nous a répondu.

Revirement de Swissmedic : de la classe I à la classe II.

Mais, dans sa réponse datant du 3 décembre 2018, Swissmedic a délivré un refus, argumentant que sympto devait, finalement, se soumettre à la certification de classe II (dispositif à haut risque), s’appuyant sur un nouveau guide pour interpréter la réglementation européenne sur les dispositifs médicaux, manuel datant du 30 octobre 2018, donc après le dépôt de notre déclaration et qui n’a, en aucun cas, de valeur législative ou coercitive, comme l’expriment d’ailleurs les auteurs de ce groupe de travail dès l’introduction.

Quid de l’arrêt du tribunal?

Pour mémoire, les conclusions du tribunal nous avaient bien  confirmé que nous sommes en classe I, comme l’indique le point 7: « Quant à la classification du logiciel «sympto» en tant que dispositif médical actif selon l’annexe IX ch. 1.4 de la Directive 93/42/CEE et dans la classe I selon l’annexe IX ch. 3.3, règle 12, de la Directive 93/42/CEE, celle-ci n’est pas contestée par les parties à la procédure (…). Il sied de préciser que Swissmedic a tenu compte dans sa décision au stade de la classification de l’application « sympto » (…) qu’il ne s’agissait pas d’une méthode contraceptive à effet barrière qui protège mécaniquement d’une grossesse ou de maladies sexuellement transmissibles. Cette distinction a mené l’Institut à classer le logiciel « sympto », considéré comme une méthode de contrôle de la conception, en classe I et non en IIb. (…) Comme exposé ci-dessus, le logiciel sympto se trouvant dans la classe I, le fabricant peut évaluer en règle générale lui-même la conformité de son logiciel autonome, sans intervention d’un organisme de certification ».

Nous vous précisons également que les autres applications symptothermiques actuelles sont elles aussi des dispositifs de classe I. Pourquoi donc nous refuser cet agrément, quitte à évoluer ensuite, au fur et à mesure des évolutions législatives ?

Nous devons donc faire un nouveau recours

Cette décision de bloquer le site met en péril les ressources de la fondation et sa capacité à poursuivre ses activités. C’est pourquoi nous venons d’interjeter un recours contre cette décision de blocage. Ce recours est adressé au Département de l’intérieur. Un 2e recours va etre formulé au Tribunal de St. Gall dans les délais impartis contre cette nouvelle classification arbitraire. Ces deux recours doivent avoir un effet suspensif immédiat par rapport au blocage.

Nous demandons de faire en sorte que Swissmedic nous traite dans la classe I. Au cas où il y aurait des compléments d’information à ajouter, il serait normal que Swissmedic nous le dise et nous donne un délai raisonnable pour que nous puissions obtempérer à leur demande. Ceci est valable aussi si jamais nous devions in extremis faire une accréditation CE pour la classe II : comment pourrions-nous faire une nouvelle demande d’accréditation sans avoir l’accès à sympto.org ?

Nous demandons donc de faire ouvrir les accès au back-office aux membres du conseil de la fondation et de supprimer le texte délétère sur la page de garde de sympto.org pour permettre aux nouvelles inscriptions de pouvoir se faire.

Harri Wettstein, secrétaire de la fondation

Tribunal Administratif Fédéral de St. Gall a rejeté notre recours

Tribunal Administratif Fédéral de St. Gall a rejeté notre recours: nous devons donc faire une certification simple de dispositif médical, mais sans recourir à un organe de certification officiel comme Swissmedic nous l’avait demandé au départ en 2015 (voir point 7 des conclusions de l’arrêt), donc une petite victoire quand même pour nous.

La certification demandée par Swissmedic sera faite et pendant ce délai nous avons le droit de continuer notre travail normalement. Le nouveau visuel qu’Alain Rhis a créé est de nouveau sur le site sympto.org.

Le recours contre Swissmedic n’a jamais mis sympto dans l’illégalité.
Actuellement, la déclaration de certification est chez swissmedic et nous attendons le résultat : soit Swissmedic accepte tout tel quel, soit ils demandent des compléments d’information et nous les fournirons dans le plus brefs délais. Nous irons jusqu’au bout de cette certification qui se présente de manière beaucoup plus simple que du temps du recours, en 2015!

Les conseillères peuvent donc continuer leur travail sans crainte. sympto continue normalement.

Questions ou demande de compléments: info@symptotherm.ch

Méthode du retrait : qui veut jouer à la poussette russe?

La méthode du retrait est sûrement l’une des méthodes de contraception les plus vieilles au monde! Avec le scandale des pilules de 3e et 4e génération, les multiples désagréments des hormones de synthèse (baisse de la libido, sécheresse vaginale…) et les réticences des hommes (et même des femmes) à mettre le préservatif, le retrait a plus que jamais la côte. Même chez les couples adeptes de la symptothermie,  méthode naturelle de contraception qui permet de se passer du préservatif une partie du cycle (voir www.sympto.org), on pratique parfois le retrait en guise de méthode de protection sur les jours fertiles. Continuer la lecture de Méthode du retrait : qui veut jouer à la poussette russe?

Mon corps ne vous appartient pas: pour une autonomie face au tout médical

Après le livre de Sabrina Debusquat “J’arrête la pilule”, un nouveau pavé dans la marre de la contraception médicalement assistée!

À l’occasion de la sortie du livre Mon corps ne vous appartient paschez Albin Michel, le 18 janvier 2018, la fondation SymptoTherm se félicite de voir la méthode symptothermique citée parmi les solutions alternatives à la contraception et conception médicalement assistée. Elle salue l’audace et la véracité de cet essai “contre la dictature de la médecine sur les femmes”, véritable tabou de société mis à nu sous la plume talentueuse de Marianne Durano, professeur en lycée public et mère de deux enfants. Continuer la lecture de Mon corps ne vous appartient pas: pour une autonomie face au tout médical

Le sondage de Femina.ch confirme la demande d’alternatives à la pilule

“La contraception? C’est non”, titre Femina.ch le 22 octobre 2017.  “Ce que révèle notre sondage sur la sexualité des [Suisses,ndlr] Romandes, réalisé en juin 2017 auprès de plus de 1200 femmes, c’est que du préservatif au stérilet en passant par l’injection sous-cutanée, l’implant, le diaphragme ou encore l’anneau vaginal, aucune méthode – surtout si elle est hormonale – ne trouve grâce à leurs yeux. Du coup, elles sont 41% à se passer de contraceptif. En clair, quatre femmes sur dix en âge de procréer misent sur la retirette, se fient à leur ovulation ou testent d’autres options”.  Continuer la lecture de Le sondage de Femina.ch confirme la demande d’alternatives à la pilule

Le top 10 des effets secondaires de la pilule

En publiant J’arrête la pilule, en septembre 2017, la journaliste indépendante Sabrina Debusquat a lancé un pavé dans la mare du paradigme contraceptif contemporain. Un an d’enquête, 300 pages et un constat : encore aujourd’hui un grand nombre de femmes souffrent ou voient leur bien-être diminué à cause de leur contraception mais on ne les écoute pas ou pire, on les traite de malades imaginaires. Continuer la lecture de Le top 10 des effets secondaires de la pilule

L'actu du didacticiel sympto, appli de la symptothermie moderne ET scientifique

%d blogueurs aiment cette page :