Archives par mot-clé : symptothermie

Sympto Basic : le nouveau guide des débutantes!

Avec ce livret qui rend facile la compréhension de la méthode symptothermique, la fondation SymptoTherm propose désormais un outil idéal toutes les débutantes!

Ce guide de prise en main était attendu depuis longtemps. En effet, de nombreuses utilisatrices souhaitaient avoir un mini–manuel résumant l’intégralité de la  méthode présentée dans La Symptothermie complète (128 pages), le manuel de référence jugé parfois complexe et trop exhaustif pour une première approche… C’est désormais chose faite avec Sympto Basic, cahier de symptothermie moderne (30 pages) !

Vous pouvez consulter un extrait

Dans ce nouvel ouvrage pédagogique, les débutantes pourront plus facilement intégrer les bases théoriques de la symptothermie, mais également affiner leurs observations grâce aux conseils pratiques apportés en deuxième partie de ce guide. Dans Sympto Basic, non seulement l’utilisation de l’application sympto est bien expliquée, mais l’utilisatrice pourra également mieux travailler en mode artisanal, c’est-à-dire sans application, tout en appliquant les mêmes règles de la symptothermie moderne.

On trouvera dans ce guide des règles d’or mises en exergue et un ensemble de solutions pratiques concernant la prise de température, les observations de l’élixir et du ressenti. Largement de quoi démarrer en toute sérénité avec sympto!

Sortie lundi 22 mai 2017 !

Sympto Basic est disponible en PDF, au prix de 7 CHF, sur le shop de Sympto.org. Une version papier est également annoncée pour fin 2017. 

La sympto s’exporte en Equateur

C’est une première pour la fondation Symptotherm! Après le succès de la symptothermie en terre francophone, la fondation veut aller plus loin pour faire connaître la plus fiable des contraceptions écologiques. Direction l’Equateur !

Dans le cadre d’un projet éducatif (fin mai-début juillet), plusieurs ateliers d’initiation vont être organisés dans la capitale Quito. L’objectif :  informer les Equatoriennes de l’existence d’une alternative fiable et leur apporter des outils qui leur permettront de démarrer leurs observations dans les meilleures conditions!

Si vous souhaitez participer au financement de ce projet, une page de soutien est ouverte sur ULULEDe nombreuses contreparties sont proposées pour vous remercier !

Vous pouvez aussi partager cet article du blog
ou encore la page FACEBOOK Semeuses de Symptothermie

L’histoire du projet
Semeuses de symptothermie

« Ce projet est le fruit d’une rencontre, explique Pryska Ducoeurjoly, administratrice de la fondation Symptotherm, chargée de l’accueil des débutantes. « Sur la messagerie sympto, j’ai reçu une fois un message d’une utilisatrice habitant Quito. Rachel,  d’origine française, était déjà intimement convaincue de la valeur de la symptothermie.  Nous avons très vite sympathisé. Elle a pris un suivi pendant six mois avec moi. Une amitié est née ! Puis, dans le cadre de nos échanges Skype, nous avons toutes les deux eu l’idée d’organiser des ateliers d’initiation. »

Rachel s’est d’abord lancée à partir d’un document de présentation de la fondation qu’elle a traduit en espagnol. Elle a ainsi organisé deux ateliers à Quito et un autre en Argentine. Un vrai succès!

Rachel, au cours d’un atelier d’initiation, à la Plata (Argentine), le 13 mars 2017. De nombreuses femmes ont manifesté l’envie d’aller plus loin dans la connaissance de la symptothermie.

En Amérique latine, très peu de femmes connaissent l’existence de cette méthode révolutionnaire. Au contraire, la prescription de la contraception hormonale va bon train… Malgré elles, les femmes doivent se résoudre à prendre la pilule. Or, les Sud-Américaines sont particulièrement sensibles à la nature et… à la Pachamama, la Terre Mère. Au cours des premières présentations effectuées, l’engouement pour une nouvelle méthode qui permet de connaître son cycle a donc été immédiat!

« C’était vraiment magique de voir tous ces yeux émerveillés par la découverte. Les femmes ici se saisissent de la symptothermie avec beaucoup de spontanéité et d’enthousiasme. Fortes de ce premier résultat, nous avons formé avec Pryska un souhait plus vaste pour continuer à initier des femmes en Equateur, avec la venue d’une conseillère. C’est ainsi qu’est né le projet Semeuses de Symptothermie, Sembradoras de sintotermia ! », raconte Rachel.

Fin mai, Pryska Ducoeurjoly s’envolera donc pour Quito, avec une valise remplie de thermomètres à deux dixièmes ! « J’espère ne pas avoir de problème avec la douane… Si je tombe sur une femme, je pense qu’elle comprendra la valeur de la cargaison ! »  Pryska emportera aussi le tout nouveau Livret de symptothermie moderne :  sympto Basic (sortie annoncée le 17 mai), à traduire  sur place et à imprimer pour les habitantes de Quito. Cette version réduite du manuel La Symptothermie complète, quant à lui déjà traduit en espagnol et accessible en téléchargement offert, devrait faciliter la prise en main de la méthode.

Pendant les six semaines que va durer ce voyage, plusieurs ateliers d’initiation et de sensibilisation seront proposés gratuitement à Quito. Plusieurs articles+vidéos seront postés sur le blog de Sympto et sur la page FB Sympto France. « Nous allons polliniser les consciences, semer des graines d’autonomie et de liberté dans le corps des Sud-Américaines et nous espérons que cela produira de beaux fruits d’ici quelques années! », se réjouit Pryska.

Si vous souhaitez participer au financement de ce projet, une page de soutien est ouverte sur Ulule. De nombreuses contreparties sont proposées pour vous remercier de vos dons ! N’hésitez pas à les découvrir sur cette page de financement participatif et devenez vous aussi, une semeuse de symptothermie!

Faire une place à la symptothermie dans sa vie de maman !

Je m’appelle Margot, j’ai 26 ans et mes enfants ont 5 et 3 ans. Voilà déjà 7 mois que j’utilise la symptothermie, la meilleure méthode que j’ai trouvé pour gérer ma fertilité, naturellement, sans hormones!

Comment ai-je découvert la symptothermie, contraception naturelle?

J’étais inscrite sur plusieurs groupes Facebook et un jour j’ai demandé s’il existait une contraception fiable et sans hormones (hormis le DIU cuivre car je ne souhaite pas l’utiliser). Surprise : on m’a alors répondu : « oui, la symptothermie ! ». Je me suis alors immédiatement dirigée vers le groupe Facebook du même nom et j’ai trouvé des femmes qui utilisent la méthode depuis des années. J’ai imprimé le manuel, dévoré les témoignages et conseils. Un mois après j’étais lancée !

Comment ça se passe au quotidien dans la vie d’une maman?

Je prend ma température au réveil quand l’application sympto me l’indique. Cela représente (pour moi) environ 15 prises par cycle (je n’en suis qu’à mon 7e et je sais que je pourrai réduire par la suite).

Je suis à la maison avec les enfants et je me lève à 7h20 pour l’école. C’est à ce moment que je prend ma température. Il est arrivé que les enfants se réveillent plus tôt, 6 ou 7h, et que j’avance mon heure de prise mais cela ne fausse pas chez moi la température. Il arrive aussi qu’ils se réveillent la nuit pour boire, pour un câlin, la tétine ou un cauchemar et même si cela prend 20 minutes je me rendors dans la foulée et ma température est fiable à 7h20.

Il arrive aussi qu’un enfant nous rejoigne s’il est malade, mais cela n’a pas d’incidence sur ma température au réveil. 

Mon mari fait les quarts et donc parfois je dors seule, parfois avec lui et cela ne change rien non plus (bon honnêtement je dors mieux sans lui… mais chut 😉 )

Concernant les observations de l’élixir, le nom sur le manuel sympto pour désigner la glaire cervicale : je préfère observer le soir mon élixir car il est de meilleure qualité et plus abondant. Je fais quand même un contrôle en milieu/fin de matinée, ma fille n’est pas encore scolarisée donc on prend du temps ensemble le matin, je profite juste de verrouiller la porte des toilettes deux minutes pour faire une observation d’élixir.

Le soir lorsque les enfants sont couchés, je prend le temps de faire mes observations pendant ma toilette : élixir, col, je fais aussi le test du verre d’eau si besoin et je note tout ça dans l’appli.

Combien de temps cela me prend ?

J’ai chronométré une journée d’observation sympto !

Prise température + inscription dans l’appli : 1 minute 05
Première observation d’élixir : 25 secondes
Observation du soir : 40 secondes
Total : 2 minutes 40 ! Sur environ 15 jours de mon cycle. 

Pour finir, la symptothermie s’est très bien intégrée dans ma vie. C’est mon rituel. J’apprends tous les jours et mon mari aussi car on en parle très souvent, et je suis en sécurité car j’ai pris une conseillère pour me guider les 6 premiers mois.

La sympto fait partie de la famille

Je reproduis aussi mes cyclogrammes sur papier, avec les mêmes icônes que l’appli, question d’autonomie par rapport à mon smartphone ! C’est un moment où je sors les crayons sur la table et les enfants me rejoignent pour colorier aussi sur leurs feuilles. Sympto une affaire de famille ? Pourquoi pas ! Si j’ai confiance en moi, eux aussi me feront confiance 😉

Bon mes enfants me trouvent un peu hypocondriaque… Mon fils par exemple l’autre jour: « Pourquoi tu prends toujours ta température ?! » Ha ha ! Je lui ai simplement répondu que c’était pour voir si j’allais bien, on a le temps pour les explications techniques ! Il y a aussi la fois où j’ai pris la température de mon fils en rectal et où il m’a dit « C’est celui-là que tu mets dans ta bouche ??? » « Heuuu… Naaaaaan! ».

Aujourd’hui, Margot est modératrice sur le groupe FB Symptothermie !

Le créateur de sympto fait un bilan d’étape

Il y a quinze ans, Harri Wettstein et Christine Bourgeois se lançaient dans une aventure ambitieuse : faire connaître la symptothermie, la plus fiable des contraceptions naturelles, et en faciliter l’usage, avec une application mobile, sympto 1 (2006) puis sympto 2 (2009).  Ainsi naquit sympto.org. Aujourd’hui, l’appli rencontre un succès grandissant, dû en partie à l’investissement financier de Christine et Harri, créateurs de la symptothermie moderne, via la Fondation SymptoTherm (voir son histoire). Interview !

Harri Wettstein à son bureau, au siège de la fondation SymptoTherm, Lully (canton de Vaud), Suisse.

Bonjour Harri!  À quoi pense le créateur de sympto le matin en se rasant ?

Je ne suis pas le seul créateur. Sans la rencontre de Christine qui a surveillé les développements et participé à tous les travaux, rien ne se serait né…

Au saut du lit, je pense au programme yoga pendant lequel je me prépare intérieurement aux préoccupations de la journée. Le programme commence toujours par le bon air frais au jardin. En été je pratique dehors. Une bonne heure en moyenne. Ensuite, je passe en mode sympto ! Les semaines sont bien chargées !

Le week-end, c’est la grasse matinée, mais le samedi je fais souvent un tour sur les affaires en cours. Récemment, face à la charge croissante de travail, deux conseillères assurent l’accueil des nouvelles venues du lundi au samedi. Jusqu’à peu, Christine et moi faisions le « back-office » depuis la fin 2008 et ce depuis n’importe quel endroit au monde. Néanmoins, pour tout problème technique, je réponds sur la messagerie sympto dans un délai de 24 à 48h.

On vous reproche parfois votre communication un peu trop musclée avec les femmes…

A la base je suis un philosophe. J’ai l’habitude de provoquer la discussion argumentative et ne me rends pas suffisamment compte que les femmes n’ont pas forcément le souci de refaire le monde quand elles débarquent sur sympto.

J’aimerais avoir plus de consomm’actrices que de consommatrices, je m’agace donc lorsque certaines utilisatrices veulent tout gratuitement : le manuel, l’appli, l’accès au compte ordi et une conseillère. Lorsqu’une femme râle parce que le manuel est trop long, trop ceci et pas assez cela, c’est dur à vivre après autant d’année de travail et d’argent investi pour la cause des femmes. Oui, parfois le manque de reconnaissance me blesse…  Certes, le manuel n’est pas parfait, mais il a le mérite d’exister et d’être offert en libre téléchargement. Une nouvelle version est prévue pour septembre 2017. 

D’autres femmes critiquent notre faiblesse marketing et ne soulignent pas toute la sécurité que leur offre sympto.  Que faut-il pour éveiller les belles au bois dormant afin qu’elles se transforment en vraies gardiennes de leurs corps et de la nature, comme dans le film Avatar? Ou en Alice aux pays des merveilles qui ose faire le « grand saut » comme dans notre subtile parodie vidéo de Walt Disney ?

Quels sont les projets actuels de Sympto ?

Les applis sympto Plus et sympto Free sont notre priorité, toutes sortes de travaux techniques sont constamment en cours pour améliorer et remettre à jour sur les 3 stores Google play, AppStore, Windows, notamment parce que les formats des mobiles changent tout le temps. Mais nous manquons cruellement de moyens financiers pour améliorer les fonctionnalités. Un autre ambitieux projet, Open source sympto, est finalement prêt, au bout d’une année de travail très coûteux. Nous aimerions l’ouvrir à une communauté de codeuses qui s’observent sur sympto. Ce projet va mettre un peu de temps à se mettre en place mais on y travaille.

Parallèlement, courant 2018, nous allons aussi améliorer notre site sympto.org pour notamment lancer une idée à laquelle je tiens beaucoup, le marché des $ymptos ! Cette monnaie complémentaire est basée sur l’observation du cycle, véritable trésor féminin. Ce marché d’échange, bien expliqué en conclusion du manuel, devrait pouvoir voir le jour grâce à la communauté des utilisatrices qui a atteint un seuil suffisant aujourd’hui.

Coté partenariat, nous sommes à la recherche d’alliés de haut niveau. Ils constituent une de mes préoccupations majeures à moins que le groupe FB, par son potentiel humain, construise cet avenir! D’ici là, mon objectif reste de trouver un ou plusieurs partenaires qui pourraient relayer sympto dans le monde entier ! Les idées sont les bienvenues ! Nous cherchons aussi pour sympto une égérie, une femme qui ait l’esprit d’aventure, de liberté et un grand sens de la nature.

Dernièrement, une appli mobile a reçu pour la première fois l’agrément pour la contraception, qu’en pensez-vous?

L’appli Natural Cycle crie haut et fort qu’elle a obtenu ce « passeport ». Mais son très mauvais score contraceptif risque de discréditer à nouveau la symptothermie et la contraception écologique ! Quand on regarde la seule étude indépendante actuelle sur les applis mobile, Natural Cycle, qui « actualise » la désuète méthode de la température, est d’ailleurs mal classée.

Il faut savoir que les fabricants de logiciels médicaux, selon la législation européenne, doivent se plier à des certifications coûteuses. Ils en font maintenant un argument de vente, tant mieux pour eux. Sans doute espèrent-ils que le médecins recommanderont leur produit! Mais est-ce qu’un tel produit médical, rigide, aura un jour le même taux de sécurité comme sympto? Non, jamais!

sympto, en revanche, est un didacticiel proposé gratuitement!  C’est LA différence majeure entre une « prise en charge de sa PROPRE fertilité en toute connaissance de cause » et une consommation d’un « dispositif médical », autrement dit la délégation de votre problème à un logiciel douteux ou au code secret qui ne saura jamais faire un ajustement d’une température perturbée par exemple!

L’autorité suisse de santé a pourtant décrété que sympto est un dispositif médical

Effectivement, nous sommes aussi sommés de rentrer dans le moule du dispositif médical, mais nous refusons catégoriquement (voir l’article Sympto face à SwissMedic). La vocation de sympto est de faciliter le travail d’apprentissage et de gestion d’une symptothermicienne sur un cyclogramme papier.

Selon nous, l’étiquette « dispositif médical » ne sera jamais suffisante pour garantir aux femmes leur sécurité contraceptive et encore moins, une autonomie dans la gestion de leur fertilité ! La pratique de la symptothermie ne se réduit pas chez nous à l’utilisation d’une appli, bien au contraire : sympto est là pour permettre de se passer de… sympto! Tout le contraire d’un « dispositif médical » qui vous demandera toujours « un maximum » d’observations, vous gardera sous sa dépendance.

Notre vision du numérique est celle d’un moteur de changement intérieur, de responsabilisation de soi et de changement social! Heureusement, il semble que notre communauté d’utilisatrices ait bien compris cet enjeu ! A part cela nous souhaiterions aussi collaborer avec les médecins ouverts avec cette démarche d’apprentissage.

Le groupe Facebook Symptothermie a connu une grande croissance en 2016. Qu’avez-vous à dire à ces femmes ?

Facebook Symptothermie, c’est un grand cadeau et notre grand espoir en ce moment. À travers ce groupe d’entraide magnifiquement autogéré, on assiste à l’émergence d’une nouvelle culture, celle de la symptothermie. Ces femmes ont la tâche de réveiller leurs amies, les belles au bois dormant, ou d’initier leur compagnon, ce qui est ni facile ni rapide dans certains cas !

Les sympothermiciennes sont en train de radicalement tourner une page sombre de l’histoire humaine, celle de l’ignorance concernant le cycle féminin

Les symptothermiciennes sont des avant-gardistes qui démarrent leurs observations dans un vide culturel abyssal (malgré l’existence trentenaire de la méthode sur papier). Elles sont souvent ostracisées par d’autres femmes qui défendent les hormones synthétiques comme le Graal de leur libération. Loin de remettre au goût jour des méthodes de grand-mère, les symptothermiciennes sont vraiment des pionnières parce qu’elles ne peuvent pas se raccrocher à un savoir ancien qu’elles pourraient faire renaître. La sympto n’est pas la réactualisation d’une pratique millénaire comme le yoga. L’âge d’or de la contraception naturelle n’a jamais existé ! C’est pourquoi les sympothermiciennes sont en train de radicalement tourner une page sombre de l’histoire humaine, celle de l’ignorance concernant le cycle féminin.

La fondation est là pour soutenir cette initiative. Nous souhaitons développer un réseau d’ambassadrices, en fournissant des documents de présentation de la méthode pour organiser des après-midi d’initiation avec des ami(e)s. Nous comptons sur les forces vives du Facebook Symptothermie pour participer à cette aventure !

Sur demande du groupe, nous avons spécialement mis à jour notre application iphone pour permettre à une femme de poster des pdf des cyclogrammes sur FB (ou ailleurs) ou de les présenter à son médecin ou gynéco. L’appli gratuite doit alors être couplée avec un accès Premium à un coût abordable (30 CHF pour 6 mois). Évidemment notre souhait est qu’une majorité de femmes prennent aussi un suivi d’apprentissage pour garantir leurs compétences.

Le groupe peut aider à l’apprentissage et éviter des erreurs de débutantes, mais il ne peut pas remplacer le travail personnel avec une conseillère. C’est une méthode simple, cependant il existe beaucoup de subtilités, croyez-moi! Faire évaluer ses cyclogrammes par une professionnelles après six mois est indispensable.

Beaucoup de femmes utilisent l’application sans suivi, qu’en est-il de la fiabilité de Sympto en matière de contraception?

Nous projetons de réaliser une étude sur la fiabilité de sympto en 2017 : avec 200 à 300 femmes qui se sont observées en contraception pendant plus de 12 mois. L’enjeu est de taille : prouver que nous avons non seulement le meilleur algorythme (cela nous l’avons montré dans nos études, confirmées par l’étude américaine), mais aussi des résultats révolutionnaires dans l’utilisation pratique – jamais une femme sans suivi n’est venue se plaindre d’une grossesse non désirée à cause de sympto. Nous devons maintenant le démontrer !

Régulièrement, je tombe sur une utilisatrice qui a 30 cycles ou plus mais que nous ne connaissons pas. Ses observations sont bonnes sinon elle aurait arrêté, mais pas parfaites. Heureusement sympto ne demande pas la perfection ! A la différence des hormones de synthèse, le « typical use » sur sympto permet à la femme d’alléger ses observations au fil des cycles, après une rigueur indispensable pendant les 6 premiers mois.

Si quelqu’une veut participer à cette étude, il suffit de me le signaler, pas besoin d’avoir un suivi avec une conseillère ou un accès Premium mais viser 12 mois d’observation!

Il n’y a pas que la symptothermie dans la vie, quelles sont vos autres occupations ?

Si, actuellement, sympto est la chose la plus importante dans ma vie et dans celle de Christine, l’initiatrice et co-créatrice de sympto, notre enfant numérique ! Nous constatons que nous sommes à un tournant historique de la symptothermie. Nous n’avons jamais été aussi près d’une prise de conscience générale des femmes et d’un essor de la symptothermie. Nous espérons voir cela dans les prochaines années.

A côté des activités Sympto, j’ai toujours en route un texte, une recherche, des lectures passionnantes, et j’espère que mes publications feront leur chemin, notamment le roman Sandra et Timmy, c’est le souhait légitime de tout écrivain/philosophe. Je suis très fier que Springer, un éditeur scientifique allemand, édite cette année mon travail de recherche sur la pornographie et les adolescents (version française). Côté loisirs, je pratique beaucoup de sports nature, ce qui me permet de garder la santé et l’énergie nécessaire pour continuer l’aventure.

On donne tout actuellement pour que sympto puisse générer au plus vite des revenus dignes de ce nom à nos collaborateurs. Tel n’est pas encore le cas. Mais on y croit !

Ce roman est offert en version papier à toutes les femmes qui participent à l’opération parrainage via leur compte perso sur sympto.org. La version électronique vous est d’abord envoyée, et si l’ouvrage vous plaît, Harri vous l’expédie par la poste! C’est un ouvrage libre qui parle à la fois des observations symptothermique et d’une vision de la sexualité proche du slow sex.

LIRE AUSSI : Harri Wettstein, l’homme qui voulait libérer les femmes… 

Symptothermie : la permaculture du cycle féminin

Dans son édition mars–avril 2017, l’EcoloMag consacre un dossier aux pollutions. Désormais, les promoteurs de l’écologie s’intéressent aussi aux hormones de synthèse qui constitue une autre pollution pour le corps des femmes.

Interviewée par Sophie Macheteau, journaliste pour l’EcoloMag, mais également blogueuse de forevergreen.eu, Pryska Ducoeurjoly compare la pollution environnementale  et la pollution de la contraception hormonale. Fondatrice de l’association Ecologie du cycle féminin, Pryska Ducoeurjoly est aussi la rédactrice en chef du blog.sympto.org (fondation SymptoTherm).

« Les œstrogènes de synthèse présents dans la pilule, le stérilet hormonal, l’implant ou encore l’anneau contraceptif sont comparables aux pesticides répandus dans nos champs. Les produits de l’industrie agricoles sont eux-mêmes des molécules dites œstrogène-like (ils miment le comportement des œstrogènes). Toutes ces substances sont « persistantes » et s’accumulent en grand nombre dans les eaux usées, contribuant notamment à la pollution des sols ou à la féminisation des poissons… Le corps d’une femme est aussi une terre, un fragile écosystème, naturellement fécond. Une dose quotidienne d’œstrogènes de synthèse représente une pollution tout aussi réelle pour son corps que celle de nos champs. Elle peut entraîner des déséquilibres et des maladies, pas seulement sur le plan physiologique, mais également sur un plan émotionnel ou relationnel.

« La symptothermie, c’est très comparable à la permaculture, mouvement très en vogue aujourd’hui. La femme ne va pas « contre » sa nature, elle l’écoute, elle apprend à la connaître, elle s’y adapte, elle la préserve aussi. La gestion durable de son écosystème féminin nécessite l’observation d’au moins deux signes corporels de fertilité : la température le matin au réveil et la glaire cervicale, les plus importants.  La femme peut alors savoir quand elle se trouve en période pré-ovulatoire, potentiellement fertile (le printemps). Elle peut ensuite décrire avec précision le basculement en période post-ovulatoire, avec la progestérone qui fait grimper la température (l’été). Elle arrive aussi à reconnaître l’automne, la fameuse période prémenstruelle, puis revient l’hiver menstruel qui lui demandera de se reposer (ce que la société productiviste ne permet pas toujours). Ainsi, en fonction de l’objectif choisi, le couple sait quand il peut planter (ou pas!) la petite graine… »

Lire la suite sur forevergreen.eu

ECOLOMAG-58-mars-avril-2017-symptothermie

 

Lelo, le préso du futur

Il y a quelques mois, sur le groupe Facebook Symptothermie, des femmes ont découvert un préservatif ultra résistant, presque incassable : Lelo Hex.  Ce préservatif de haute technologie (ils sont forts ces Suédois) attribue ses propriétés de résistance à sa structure alvéolaire. Un préservatif en nid abeille ? Cela avait de quoi séduire les adeptes de la contraception écologique sympto!

S’il y a une chose que redoutent particulièrement les couples qui pratiquent la symptothermie, c’est le préservatif qui craque en plein pic ovulatoire… Être obligée de prendre la pilule du lendemain alors qu’on  s’en croyait débarrassée, c’est le cauchemar de la symptothermicienne! Avec un bon préservatif, il y a moins de stress…

Composition : Natural Latex épaisseur : 0.045mm Diamètre : 54mm Longueur: 180mm

Interpellée par les premiers retours, franchement enthousiastes des utilisatrices du groupe à propos de Lelo Hex,  la rédaction du blog de Sympto a décidé de tester ce préservatif 😉 Le résultat confirme les premiers échos : nous sommes en présence d’un préservatif très fin qui adhère parfaitement au sexe masculin, ce qui lui évite de glisser ou de se retrouver plissé au fond du vagin…

Sa parfaite adhérence permet aussi à l’homme de se sentir plus libre dans les mouvements et à la femme d’être plus en confiance. Quant à sa résistance, elle semble effectivement tout à fait optimale. Bref, avec Lelo Hex, on peut faire l’amour les yeux fermés.

Préservatifs HEX™ de LELO : où comment les alvéoles protègent d’une déchirure fatale :

Ce qui nous a agréablement surpris :

c’est la notice Lelo Hex! Car elle mentionne la symptothermie avec son taux d’efficacité ! Et vu le bon indice de Pearl de la sympto (0,4%), cela devrait faire réfléchir pas mal de couples sous la couette, surtout quand on sait que la pilule tue la libido! Le blog de sympto devait donc se rapprocher de l’équipe Lelo, en vue de promouvoir ce produit pour le plus grand plaisir des sympto addicts 😉

Résultat : lorsque vous achetez le préservatif Lelo, vous soutenez aussi maintenant la Fondation SymptoTherm qui oeuvre pour la santé reproductive des femmes . Vous pouvez compter sur nous pour vous informer des bons plans Lelo comme celui-ci :

Journée de la femme ! Vous avez – 20% sur les préservatifs Lelo Hex avec le Code promo: WDAY17 (Code promo jusqu’au 11 mars). Ce lien reste valable ensuite si vous souhaitez acheter Lelo et soutenir la fondation).

Si le préservatif Lelo Hex a de quoi rassurer les couples anxieux sur le choix de cette méthode barrière, il a aussi le pouvoir extraordinaire de réconcilier les hommes (et même les femmes) avec le préservatif, leur évitant d’opter pour la technique très risquée du retrait.

En effet, le port de ce préservatif est agréable, pour les hommes et les femmes, mais attention :  il y a un petit temps d’adaptation car la sensation est tellement proche du « sans préservatif » que cela peut troubler votre homme au départ. Un petit bémol cependant : les sexe de dimension bien supérieure à la normale se sentiront à l’étroit au déroulage, mais un fois installé cela devrait passer! On espère cependant une version king size…

Coté finance, le coût reste très abordable pour la technologie développée : moins d’un euro par préso. On ne peut cependant acheter que par lot de trois boites de 12 (mais la livraison est incluse),  cela peut représenter un investissement conséquent au départ. Mais rapporté au prix du préso, Lelo vient concurrencer directement les meilleurs produits des grandes marques du marché.

Un dernier conseil pour la route : ce n’est pas par ce que les préservatifs Lelo sont incassables, qu’ils sont réutilisables… 😉

Sympto comparé à TCOYF

 « Comparaison des méthodes symptothermiques »

Volet n°1 Sympto et TCOYF

 

Préliminaire : Prochainement, nous reviendrons sur la comparaison détaillée entre sympto (nfp-sensiplan/Rötzer) et mynfp.de (Sensiplan, la norme symptotermique européenne validée scientifiquement), déjà abordée dans nos études sur les applications 2013 – en français – et 2014 – en anglais (résumé français) – ainsi que dans le manuel La Symptothermie complète (ed.2017) p. 85 ss. Continuer la lecture de Sympto comparé à TCOYF

Au pays de l’écologie du cycle féminin

Educatrice et praticienne de santé, Sidonie Benedetto est une chercheuse passionnée par les mystères du cycle féminin. Elle s’investit particulièrement pour le respect des rythmes de la femme et l’acceptation de ses variations vibrantes, vivantes et vivifiantes, pour la réconciliation avec ses mystères. Continuer la lecture de Au pays de l’écologie du cycle féminin

Valentina Salonna invitée à débattre sur Sud Radio

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Contraception, Philippe David de Sud Radio interrogeait l’échec de la politique liée à la contraception : le chiffre des avortements (200 000) ne baisse pas en France. Comment l’expliquer? Continuer la lecture de Valentina Salonna invitée à débattre sur Sud Radio

J’ai testé la symptothermie, contraception naturelle

Dans cette chronique dédiée aux femmes (Mais pas que…), Léna a le plaisir de partager avec vous son expérience de la Symptothermie, méthode de contraception sans hormone de synthèse, qui l’a aidée à mieux connaître son cycle féminin ! En espérant que les hommes en prendront aussi de la graine ! Continuer la lecture de J’ai testé la symptothermie, contraception naturelle