Archives par mot-clé : Semeuses de symptothermie

Le projet Semeuses de Symptothermie cartonne en Equateur !

Voici les dernières news du projet de pollinisation de la symptothermie qui a trouvé son rythme de croisière!

Aterrissage à Quito le 26 mai !
Après deux semaines dédiées à l’organisation, nous avons pu réaliser un tout premier Atelier sympto niveau 1 avec quatre femmes très motivées, qui sont reparties avec leur manuel en espagnol et leur… thermomètre ! Voici une vidéo de remerciement qu’adressent ces futures symptothermicienne aux soutiens du projet de financement participatif Ulule. Cet atelier s’est tenu au Centro Holístico Renacer (de gauche à droite : Johanna, Ana Cristina, Fernanda et Katya).
Mon impression, en tant que formatrice : nombreuses sont les femmes ici mûres pour la sympto, même parfois plus que les Européennes, car très connectées à la nature et à la Pachamama. La sympto, c’est comme une évidence 😉

Le nouveau Sympto Basic en castellano !

J’ai pu faire traduire et imprimer sur place le nouveau Sympto Basic, le guide des débutantes. J’ai fait un tour des boutiques d’impression locales, pour arriver à un tarif tout de même assez coûteux de 9€ pièce. Ici, autant les fruits et légumes sont donnés (0,50$ la mangue), autant ce genre de produits manufacturés revient assez cher. Merci encore pour votre soutien financier qui permet à ces jeunes femmes d’avoir un superbe support, très motivant pour démarrer !

Facebook live et webinair avec les Doulas

Jeudi 15 juin dernier, un facebook live s’est déroulé sur la page Red Mundial de Doulas, réseau international de Doulas! Heureux hasard, la  nouvelle coordinatrice de ce réseau est Maisa Yanez, créatrice d’une école de formation de Doulas à Quito : Savia Materna. C’est donc une chance exceptionnelle de pouvoir nous rencontrer et échanger ensemble avec la fondation SymptoTherm. Un partenariat se met en place ! Les doulas représentent un vivier de futures conseillères en symptothermie. Elles pourront diffuser ce savoir inestimable auprès de leurs compatriotes. Pour mémoire, la doula a pour vocation d’accompagner et de soutenir la future mère et son entourage pendant la grossesse, l’accouchement et la période postnatale, grâce à son expérience et à sa formation, en complément du suivi médical.

Voici Maisa Yanez et Ricardo Gutierrez, de Savia Materna :

Grâce au soutien de Savia Materna et la Red Mundial de Doulas, nous avons organisé un webinair de symptothermie niveau 1, avec une dizaine de Doulas hispanophones connectées ! C’était le 22 juin. Et là, surprise, l’une des participantes, Colombienne d’origine, réside actuellement en région parisienne en France,  à Garches, ma ville natale 😉 Le monde est petit, surtout avec internet!

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, texte

Avec Savia Materna, nous organisons aussi un atelier en présentiel, spécialement dédié aux doulas, le samedi 8 juillet  (événement FB)!

D’autres partenariats en germe

Samedi 17 juin, un atelier sympto a aussi été organisé avec la Carpa Roja Ecuador (Tente Rouge Equateur). L’atelier n’a rassemblé que 4 jeunes femmes, mais ce sont autant de graines qui vont germer ici en Equateur.  Solanja Altamirano, la créatrice de cette organisation, sera d’une aide précieuse de par son important réseau local. Elle a exprimé le souhait de se former pour devenir conseillère! A suivre donc.

>> l’événement Facebook que nous avons organisé

Un partenariat SymptoTherm et Carpa Roja !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cercles de femmes

Vendredi 23 juin, j’ai aussi été invitée à présenter la méthode au cours d’un Circulo de Mujeres (cercle de femmes). Un beau partage entre sœurs et là encore beaucoup d’intérêt. La sympto s’intègre à merveille dans le courant du féminin sacré. Deux jeunes femmes ont déjà réservé leur participation à l’atelier du 8 juillet, à Savia Materna. Notre plus jeune participante, 12 ans, deux cycles à son actif, a fait sa première entrée dans un cercle de femmes!

Beaucoup de souffrances utérines chez ces femmes, l’une sous pilule pour « réguler » le cycle et « traiter » un kyste, l’autre placée à 20 ans en ménopause « forcée » pour « soigner » une ablation de deux gros kystes. Des rebelles, aussi, qui ont tourné le dos à la « medecina occidentale » pour privilégier des médecins holistiques locaux (réputés et jugés sur leurs résultats). Et s’il faut en passer par une prise d’Ayahusca, « para limpiar », ce n’est pas un problème. Johanna, la maîtresse des lieux témoigne de son speudo cancer de l’uterus, disparu après trois mois de traitement en médecine holistique.

Bonne pioche dans notre cercle de femme : on a découvert la symptothermie !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et le tourisme dans tout ça? 

Pour l’instant, je vous avoue que je n’ai pas vu beaucoup de la capitale ou du pays ! J’ai surtout pris le taxi pour rendre visite à mes contacts, ce qui m’a quand même permis d’apercevoir au milieu du trafic certains volcans (comme le terrifiant et toujours actif Cotopaxi, 5900m, le Cayambe, 5700m, ou encore le Chimborazo, 6200m!) qui entourent la capitale Quito située à 2800mètres…

Ici, il pleut souvent et il fait 16/19 degrés… (on se les pèle lorsque le soleil n’est pas là). Je suis finalement beaucoup restée derrière mon écran pour coordonner la finalisation du Sympto Basic version espagnole ou encore écrire mes présentations en atelier (en espagnol,  pas simple avec le vocabulaire de la sympto!).
Voici mon bureau équatorien :

Mais rassurez-vous, j’ai pu tout récemment randonner vers les volcans comme à Papallacta, et ainsi admirer le beau Antisana. Voici le parc national Cayambe-Coca, où l’on randonne à 4000 mètres d’altitude, de lagunes en lagunes…

Sous le soleil des Galapagos

Bientôt, je vais à survoler le pacifique pour aller animer un atelier Sympto prévu le 4 juillet aux… Iles Galapagos ! Là encore, tout s’est fait naturellement et je devrais pouvoir initier 5 ou 6 femmes au cœur de ce paradis terrestre connu pour sa biodiversité. Je suis accueillie par une maman d’un bébé de 5 mois. On va pouvoir réviser le mode allaitement. Incroyable, non?

Décidement, la symptotermie est le meilleur des passeports pour voyager et son langage est universel ! Une forme d’Esperanto del Utero…

Je profite de cette newsletter pour remercier chaleureusement Rachel, mon hôte à Quito, qui m’a donné tous ces contacts absolument exceptionnels, autant sur un plan professionnel qu’humains. Que de belles rencontres en effet! Merci aussi à la fondation SymptoTherm, pilote de ce projet qui semble prendre l’ampleur qu’il mérite en Equateur.

Merci encore à chacun(e) d’entre vous qui me permettez d’agir en faveur de cette cause en terre sud-américaine.

Un abrazo !!

Pryska Ducoeurjoly, conseillère et ambassadrice Sympto !

La sympto s’exporte en Equateur

C’est une première pour la fondation Symptotherm! Après le succès de la symptothermie en terre francophone, la fondation veut aller plus loin pour faire connaître la plus fiable des contraceptions écologiques. Direction l’Equateur !

Dans le cadre d’un projet éducatif (fin mai-début juillet), plusieurs ateliers d’initiation vont être organisés dans la capitale Quito. L’objectif :  informer les Equatoriennes de l’existence d’une alternative fiable et leur apporter des outils qui leur permettront de démarrer leurs observations dans les meilleures conditions!

Si vous souhaitez participer au financement de ce projet, une page de soutien est ouverte sur ULULEDe nombreuses contreparties sont proposées pour vous remercier !

Vous pouvez aussi partager cet article du blog
ou encore la page FACEBOOK Semeuses de Symptothermie

L’histoire du projet
Semeuses de symptothermie

« Ce projet est le fruit d’une rencontre, explique Pryska Ducoeurjoly, administratrice de la fondation Symptotherm, chargée de l’accueil des débutantes. « Sur la messagerie sympto, j’ai reçu une fois un message d’une utilisatrice habitant Quito. Rachel,  d’origine française, était déjà intimement convaincue de la valeur de la symptothermie.  Nous avons très vite sympathisé. Elle a pris un suivi pendant six mois avec moi. Une amitié est née ! Puis, dans le cadre de nos échanges Skype, nous avons toutes les deux eu l’idée d’organiser des ateliers d’initiation. »

Rachel s’est d’abord lancée à partir d’un document de présentation de la fondation qu’elle a traduit en espagnol. Elle a ainsi organisé deux ateliers à Quito et un autre en Argentine. Un vrai succès!

Rachel, au cours d’un atelier d’initiation, à la Plata (Argentine), le 13 mars 2017. De nombreuses femmes ont manifesté l’envie d’aller plus loin dans la connaissance de la symptothermie.

En Amérique latine, très peu de femmes connaissent l’existence de cette méthode révolutionnaire. Au contraire, la prescription de la contraception hormonale va bon train… Malgré elles, les femmes doivent se résoudre à prendre la pilule. Or, les Sud-Américaines sont particulièrement sensibles à la nature et… à la Pachamama, la Terre Mère. Au cours des premières présentations effectuées, l’engouement pour une nouvelle méthode qui permet de connaître son cycle a donc été immédiat!

« C’était vraiment magique de voir tous ces yeux émerveillés par la découverte. Les femmes ici se saisissent de la symptothermie avec beaucoup de spontanéité et d’enthousiasme. Fortes de ce premier résultat, nous avons formé avec Pryska un souhait plus vaste pour continuer à initier des femmes en Equateur, avec la venue d’une conseillère. C’est ainsi qu’est né le projet Semeuses de Symptothermie, Sembradoras de sintotermia ! », raconte Rachel.

Fin mai, Pryska Ducoeurjoly s’envolera donc pour Quito, avec une valise remplie de thermomètres à deux dixièmes ! « J’espère ne pas avoir de problème avec la douane… Si je tombe sur une femme, je pense qu’elle comprendra la valeur de la cargaison ! »  Pryska emportera aussi le tout nouveau Livret de symptothermie moderne :  sympto Basic (sortie annoncée le 17 mai), à traduire  sur place et à imprimer pour les habitantes de Quito. Cette version réduite du manuel La Symptothermie complète, quant à lui déjà traduit en espagnol et accessible en téléchargement offert, devrait faciliter la prise en main de la méthode.

Pendant les six semaines que va durer ce voyage, plusieurs ateliers d’initiation et de sensibilisation seront proposés gratuitement à Quito. Plusieurs articles+vidéos seront postés sur le blog de Sympto et sur la page FB Sympto France. « Nous allons polliniser les consciences, semer des graines d’autonomie et de liberté dans le corps des Sud-Américaines et nous espérons que cela produira de beaux fruits d’ici quelques années! », se réjouit Pryska.

Si vous souhaitez participer au financement de ce projet, une page de soutien est ouverte sur Ulule. De nombreuses contreparties sont proposées pour vous remercier de vos dons ! N’hésitez pas à les découvrir sur cette page de financement participatif et devenez vous aussi, une semeuse de symptothermie!