Archives par mot-clé : témoignage

Faire une place à la symptothermie dans sa vie de maman !

Je m’appelle Margot, j’ai 26 ans et mes enfants ont 5 et 3 ans. Voilà déjà 7 mois que j’utilise la symptothermie, la meilleure méthode que j’ai trouvé pour gérer ma fertilité, naturellement, sans hormones!

Comment ai-je découvert la symptothermie, contraception naturelle?

J’étais inscrite sur plusieurs groupes Facebook et un jour j’ai demandé s’il existait une contraception fiable et sans hormones (hormis le DIU cuivre car je ne souhaite pas l’utiliser). Surprise : on m’a alors répondu : « oui, la symptothermie ! ». Je me suis alors immédiatement dirigée vers le groupe Facebook du même nom et j’ai trouvé des femmes qui utilisent la méthode depuis des années. J’ai imprimé le manuel, dévoré les témoignages et conseils. Un mois après j’étais lancée !

Comment ça se passe au quotidien dans la vie d’une maman?

Je prend ma température au réveil quand l’application sympto me l’indique. Cela représente (pour moi) environ 15 prises par cycle (je n’en suis qu’à mon 7e et je sais que je pourrai réduire par la suite).

Je suis à la maison avec les enfants et je me lève à 7h20 pour l’école. C’est à ce moment que je prend ma température. Il est arrivé que les enfants se réveillent plus tôt, 6 ou 7h, et que j’avance mon heure de prise mais cela ne fausse pas chez moi la température. Il arrive aussi qu’ils se réveillent la nuit pour boire, pour un câlin, la tétine ou un cauchemar et même si cela prend 20 minutes je me rendors dans la foulée et ma température est fiable à 7h20.

Il arrive aussi qu’un enfant nous rejoigne s’il est malade, mais cela n’a pas d’incidence sur ma température au réveil. 

Mon mari fait les quarts et donc parfois je dors seule, parfois avec lui et cela ne change rien non plus (bon honnêtement je dors mieux sans lui… mais chut 😉 )

Concernant les observations de l’élixir, le nom sur le manuel sympto pour désigner la glaire cervicale : je préfère observer le soir mon élixir car il est de meilleure qualité et plus abondant. Je fais quand même un contrôle en milieu/fin de matinée, ma fille n’est pas encore scolarisée donc on prend du temps ensemble le matin, je profite juste de verrouiller la porte des toilettes deux minutes pour faire une observation d’élixir.

Le soir lorsque les enfants sont couchés, je prend le temps de faire mes observations pendant ma toilette : élixir, col, je fais aussi le test du verre d’eau si besoin et je note tout ça dans l’appli.

Combien de temps cela me prend ?

J’ai chronométré une journée d’observation sympto !

Prise température + inscription dans l’appli : 1 minute 05
Première observation d’élixir : 25 secondes
Observation du soir : 40 secondes
Total : 2 minutes 40 ! Sur environ 15 jours de mon cycle. 

Pour finir, la symptothermie s’est très bien intégrée dans ma vie. C’est mon rituel. J’apprends tous les jours et mon mari aussi car on en parle très souvent, et je suis en sécurité car j’ai pris une conseillère pour me guider les 6 premiers mois.

La sympto fait partie de la famille

Je reproduis aussi mes cyclogrammes sur papier, avec les mêmes icônes que l’appli, question d’autonomie par rapport à mon smartphone ! C’est un moment où je sors les crayons sur la table et les enfants me rejoignent pour colorier aussi sur leurs feuilles. Sympto une affaire de famille ? Pourquoi pas ! Si j’ai confiance en moi, eux aussi me feront confiance 😉

Bon mes enfants me trouvent un peu hypocondriaque… Mon fils par exemple l’autre jour: « Pourquoi tu prends toujours ta température ?! » Ha ha ! Je lui ai simplement répondu que c’était pour voir si j’allais bien, on a le temps pour les explications techniques ! Il y a aussi la fois où j’ai pris la température de mon fils en rectal et où il m’a dit « C’est celui-là que tu mets dans ta bouche ??? » « Heuuu… Naaaaaan! ».

Aujourd’hui, Margot est modératrice sur le groupe FB Symptothermie !

Au pays de l’écologie du cycle féminin

Educatrice et praticienne de santé, Sidonie Benedetto est une chercheuse passionnée par les mystères du cycle féminin. Elle s’investit particulièrement pour le respect des rythmes de la femme et l’acceptation de ses variations vibrantes, vivantes et vivifiantes, pour la réconciliation avec ses mystères. Continuer la lecture de Au pays de l’écologie du cycle féminin

Elles ont remplacé la pilule par leur téléphone

untitled

Ce mois d’octobre, Echo Magazine, hebdomadaire suisse, a exploré le sujet de la « symptothermie », jusqu’ici peu médiatisé, avec un point de vue plutôt positif. Cette alternative à la pilule peut en effet s’appuyer sur des résultats solides, à condition de bien s’observer.

« Une application smartphone peut alors s’avérer précieuse: au lieu de relever ses observations sur une feuille de papier, la femme peut directement les entrer dans un logiciel. Qui non seulement interprète les données («Aujourd’hui, vous êtes infertile dès 19h»), mais incite aussi à la rigueur. L’application Sympto, créée par la fondation SymptoTherm, envoie chaque jour un message à l’utilisatrice: «Reprise des températures dans quatre jours», «Enregistrez l’heure de prise de température», etc. Si les informations entrées sont incomplètes ou manquent de précision, le programme indique bleu fertile. «C’est comme avoir un moniteur dans la poche», note son concepteur, Harri Wettstein.

La méthode symptothermique n’est pas encore très connue. Le but de la fondation SymptoTherm est justement de promouvoir ce moyen de contraception et de le faire connaître. Mais elle n’a pas encore reçu un accueil favorable auprès des instances médicales ou éducatives, trop frileuses pour faire confiance à ce moyen de contraception naturel. Même dans les milieux chrétiens, ce n’est pas gagné…

« Les catholiques sont mal informés par leurs propres institutions, qui leur demandent pourtant de ne pas utiliser de pilule ou de préservatif, estime Harri Wettstein. Ils ont la chance d’avoir une théologie du corps, qui n’existe pas chez les protestants. Pourquoi ne pas proposer des papillons d’information au fond des églises et mettre de l’argent pour développer des applications smartphone, comme le font déjà les catholiques américains?»

Avec l’arrivée des appli mobile, la symptothermie pourrait néamoins davantage séduire les utilisatrices de tous les horizons, car la pilule n’a plus le vent en poupe et les femmes sont en quête d’une contraception plus respectueuse de leur corps.

Harri Wettstein ne craint pas la concurrence: «Au contraire! Je souhaiterais que les autres organisations qui promeuvent la symptothermie conçoivent leur propre application. On pourrait alors les comparer pour les améliorer».

Extraits de l’article de Christine Mo Costabella, Echo Magazine, n°40, 2 octobre 2014.


Pour lire l’article complet : téléchargez le pdf !

LIRE AUSSI : Ces femmes qui sont heureuses sans pilule (Echo Magazine, avril 2013.


 

« La symptothermie, c’est un style de vie ! »

Valentina Salonna est conseillère en symptothermie. Egalement sexo-thérapeute et professeur de Yoga, et déjà dix ans d’expérience en contraception écologique, un moteur essentiel sur son « chemin de vie ».

Propos recueillis par Pryska Ducoeurjoly

Son site : www.valentinasalonna.com

Continuer la lecture de « La symptothermie, c’est un style de vie ! »

Le come back de la contraception naturelle

grazia logo

Prises une à une, les méthodes naturelles ont montré leurs limites selon l’indice de Pearl, qui quantifie le pourcentage d’échec d’une technique. Mais en combinant l’observation quotidienne de plusieurs indices de fertilité, on augmente la fiabilité contraceptive. C’est le cas de la symptothermie : mise au point dès 1965 en Autriche par le Dr Rötzer, cette méthode se voit perfectionnée grâce à des algorithmes qui fiabilisent les données et éliminent au maximum les erreurs d’interprétation.

LIRE LA SUITE sur Grazia.fr