Archives par mot-clé : appli mobile

sympto, l’appli qui libère la femme au tribunal administratif face à Swissmedic

[sympto vs Swissmedic] : l’autorité suisse vient de déclarer « non-conforme » l’appli sympto qui permet à la femme de gérer sa fertilité de manière naturelle. Ce sera au tribunal administratif de juger si oui ou non sympto fait office de dispositif médical. C’est le début de la saison 2, celle du volet judiciaire. Résumé des épisodes précédents…

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Continuer la lecture de sympto, l’appli qui libère la femme au tribunal administratif face à Swissmedic

La contraception naturelle en 10 min

Dans cette chronique dédiée aux femmes (mais pas que…), Léna a le plaisir de partager avec vous son expérience de la Symptothermie !

A la découverte d’une méthode révolutionnaire pour les femmes en quête d’autonomie !

Une appli pour gérer sa fertilité? Oui, mais pas n’importe laquelle. Découvrez l’appli qui a déjà 20 ans d’avance (spot humoristique) !

Sympto, l’appli mobile des femmes qui ont 20 ans d’avance

La pilule c’était moderne autrefois. Mais comme vous allez le découvrir dans cette vidéo humoristique, il y a déjà beaucoup mieux, un moyen aussi naturel qu’efficace pour gérer sa fertilité :

La symptothermie, une alternative écologique aux contraceptifs hormonaux

Réalisée par deux utilisatrices de l’appli mobile sympto, cette vidéo a pour but de montrer aux femmes que la contraception naturelle dite symptothermique est une alternative sûre, efficace et respectueuse de leur corps.

Continuer la lecture de Sympto, l’appli mobile des femmes qui ont 20 ans d’avance

Applications mobiles et symptothermie: une nouvelle étude fait le tri

Les applis mobiles destinées à la conception ou contraception naturelle fleurissent sur le marché des stores, mais gare aux arnaques ! Après l’étude comparative menée en 2014 par la fondation SymptoTherm, une nouvelle évaluation est en cours aux Etats-Unis. Les résultats sont attendus pour fin 2015. Continuer la lecture de Applications mobiles et symptothermie: une nouvelle étude fait le tri