La contraception écologique, c’est possible… …depuis son téléphone portable ! (étude 2013)

logo fondation

Soucieuses de protéger leur santé, les femmes sont aujourd’hui à la recherche de moyens contraceptifs plus doux que les contraceptifs hormonaux, qui respectent leurs rythmes biologiques, sans pour autant perdre la sécurité garantie par la pilule. Elles ne veulent pas revenir au temps de leurs grands-mères et de la contraception naturelle, jugée peu efficace, à juste titre. Elles demandent un compromis parfait entre écologie, efficacité et modernité.

Ce nouveau moyen de contraception naturel, sûr, pratique et moderne existe : le logiciel sympto est l’outil le plus sûr pour une contraception écologique via mobile ou Internet (selon l’étude 2013 commandée par la fondation suisse Symptotherm)

symptosympto est le fruit d’une innovation numérique améliorée sur plusieurs années. Il permet aux femmes qui ont appris à observer leur cycle de connaître facilement et avec précision les jours fertiles et les jours infertiles de leurs cycles. Elles n’ont plus à s’encombrer de calculs manuels fastidieux. sympto redonne ainsi aux femmes le contrôle naturel de leur fertilité par la connaissance de leur corps.

Le logiciel pour ordinateur personnel ainsi que le guide complet de la méthode symptothermique sont accessibles gratuitement sur sympto.org ; les applications mobiles, qui se  synchronisent avec le compte web, sont téléchargeables sur les Appstore et Google Play. Grâce à sympto, les femmes disposent d’un nouvel outil fiable, ergonomique, pour maîtriser leur fertilité.

>> L’étude comparative menée en 2013 par la fondation.


 

ETUDE COMPLETE : « Comparaison entre les applications symptothermiques sur Smartphones (Android) et iPhone (iOS), état 2013, pour sonder leur fiabilité contraceptive ». Harri WETTSTEIN Dr, MBA, MA ; Zelal AL-SHEMMERY, Master en technologie du vivant EPFL et Christine BOURGEOIS, Présidente de la Fondation SymptoTherm, spécialiste INER et sympto.

L’étude de 2013 a été publiée dans The European Journal of Contraception and Reproductive Health, Vol. 19, Supplement 1, mai 2014, p. 201..

 

Laisser un commentaire