Les quatre saisons du cycle féminin : le témoignage d’Emilie sur la symptothermie

La symptothermie, ce n’est pas  Ogino ! « C’est une méthode qui est aussi fiable que la pilule », assure Emilie Blanc, conseillère en fertilité et en féminité. Après plusieurs années de pratique, Emilie explique comment cette méthode écologique a aussi renouvelé sa perception du cycle féminin. 

Pour pratiquer la symptothermie, la seule condition pour une sécurité optimale est de suivre une formation. « Cette méthode de contraception écologique demande de maîtriser certaines subtilités, rappelle Emilie. Pendant les premiers mois d’apprentissage, la femme apprend à se connaître et à repérer les signes de fertilité ou d’infertilité. Une fois ce savoir acquis, il ne se perd jamais. La femme atteint la maîtrise de sa fertilité. Elle gère elle-même sa contraception ou sa conception, en totale autonomie, avec la complicité bienveillante de son partenaire « .

Emilie organise régulièrement des « causeries » entre femmes pour faire découvrir la symptothermie, car « rien ne remplace le contact humain! ».

Les quatre saisons du cycle féminin

Dessin Donatella Pavan

L’hiver des règles est une période de repos où la femme se replie dans sa grotte (merci de ne jamais contrarier une ourse en mode hibernation…). Puis vient le printemps de la phase préovulatoire ! « L’énergie remonte, la femme devient féconde. Pas seulement d’un point de vue sexuel, prévient Emilie, mais aussi en terme de créativité. C’est la période où l’on imagine de nouveaux projets pour soi ou les autres, où notre mental fourmille de nouvelles idées. Le pic ovulatoire signe une transition. Après ce « solstice », la température monte pour accueillir potentiellement un fruit, dans notre nid douillet qui se prépare. C’est l’été de notre féminité. Enfin, dans les jours qui précèdent le retour des règles, nous sentons que l’énergie « descend ». Au cours de cet automne du cycle peuvent venir les signes prémenstruels, plus ou moins faciles à supporter… »  Comme les arbres, nous laissons tomber les feuilles mortes, nous pouvons nous sentir un peu fatiguées.

« Ces ressentis sont malheureusement inhibés lorsqu’on prend un contraceptif chimique, explique Emilie. Mais « abandonner » la pilule n’est pas toujours facile pour une femme. Cela devient possible lorsqu’on ressent, un jour, l' »appel » de sa nature profonde ». 

Pour découvrir la symptothermie : rendez-vous sur sympto.org

>>> Le site d’Emilie : www.feminilune.com

>>> CONTACTER Emilie Blanc.

Lire aussi « La Symptothermie, un chemin vers soi« , paru sur FemininBio et consacré à Emilie Blanc.

Mais aussi « Émilie propose des stages aux femmes pour apprivoiser leur cycle menstruel« , Le Populaire

 

Laisser un commentaire