« La symptothermie, c’est un style de vie ! »

Valentina Salonna est conseillère en symptothermie. Egalement sexo-thérapeute et professeur de Yoga, et déjà dix ans d’expérience en contraception écologique, un moteur essentiel sur son « chemin de vie ».

Propos recueillis par Pryska Ducoeurjoly

Son site : www.valentinasalonna.com

Bonjour Valentina, tu pratiques la symptothermie moderne (ST) depuis plus de dix ans. Comment as-tu adopté cette contraception écologique ?

Valentina_S_Puglia06 août 2013-087 web

Je pratique la symptothermie (ST) depuis l’âge de 21 ans. Je n’y suis pas venue par hasard. J’ai été élevée dans le yoga, dans une culture bio, et donc mes parents ont toujours insisté pour que je ne prenne jamais de médicament qui puisse bloguer le fonctionnement naturel de mes cycles. J’ai grandi dans la croyance que l’intelligence divine se manifeste à travers la nature, son rythme et ses saisons et qu’il faut toujours lui faire confiance, la respecter pour son rôle sacré et l’aimer parce qu’elle nous aime.

Aujourd’hui, à 32 ans, je pratique toujours la même méthode pour m’assurer une contraception naturelle-écologique. Dans les périodes fertiles, j’utilise l’abstinence ou je me protège avec le préservatif. Je n’ai jamais pris d’hormone de synthèse ni d’autres moyens de contraception mécaniques. J’ai toujours laissé la gestion de ma fertilité à ma responsabilité, à la connaissance de mon cycle, à la confiance en mes capacités à m’écouter et à me comprendre. Jamais je ne pourrais faire taire la voix de mon féminin sacré, de mon rythme biologique, par des composants chimiques qui altèrent mon énergie, mes pensées, mes états d’âme …

Qu’apporte la symptothermie à une femme, par rapport à la pilule et aux autres contraceptifs hormonaux ?

La ST pour moi, ce n’est pas juste une méthode de contraception, ou de conception, c’est un style de vie. Cela fait partie de mon chemin de conscience, de mon parcours d’éveil de ma féminité, de mon féminin sacré qui me relie à toutes les femmes de ma lignée familiale, à toutes les femmes du passé, du présent et du futur et pour lesquelles on prépare une autre conscience.

La symptothermie me relie à moi-même par le mouvement de la nature. Je fais confiance à mon corps et je comprends son langage de plus en plus. Ceci dit, je vis aussi parfois des moments de disharmonie ! Mais quand les tempêtes hormonales sont derrière et que le calme reprend le dessus, j’apprends encore à connaître leur musique. Je ne suis jamais aussi vraie que pendant une crise de colère prémenstruelle ou une attaque de libido pendant les règles…

Je dirais que les hormones laissent émerger la boue de mes profondeurs ! On fait avec, et on apprend mieux à se connaître.

Comment se sont passés les premiers mois d’apprentissage?

J’ai commencé par la méthode manuelle, rébarbative et compliquée. Le livre de Rotzër, le découvreur de la méthode symptothermique, ne m’a jamais vraiment plu. Il était très mathématique et sa présentation austère. C’est parfois ainsi quand un homme parle de truc de femmes 🙂 Mais c’est tout de même grâce à cet homme qu’on dispose désormais de ce savoir inestimable pour notre émancipation!

Il y a quelques années, je me suis rapprochée de la fondation SymptoTherm pour suivre une formation. A cette occasion, j’ai découvert les avantages du numérique. En un mois d’utilisation du didactitiel-logiciel sympto, j’avais tout compris ! Après des années au crayon-papier-gomme, j’étais ravie. C’était beaucoup plus fiable et complet qu’auparavant. Maintenant j’enseigne la méthode, c’est magique d’apprendre aux femmes la symptothermie directement par sympto. Que du bonheur ! Si elles veulent revenir à la pratique manuelle (en cas de voyage ou pas d’internet), cela s’avère aussi plus simple et cohérent.

Là encore, il faut dire merci à un homme ! Car c’est Harri Wettstein qui, initié par son épouse Christine Bourgeois, présidente de la fondation SymptoTherm, a mis au point les algorithmes de ce didactitiel époustouflant. Il existe vraiment un masculin sacré !

WAR_1992 webCôté relationnel, est-ce que tes partenaires avaient entendu parler de cette méthode?

Non, je les ai tous initié à cela ! Et tous m’ont fait confiance, ils ont été partants pour partager la responsabilité de la fertilité du couple. Même si beaucoup n’avaient connu que des femmes sous pilule ou qui étaient tombées enceinte par « marre de la pilule »… Pour moi, cela a toujours était la condition pour mon engagement relationnel avec eux. Sympto, par souci de sécurité contraceptive, impose une fenêtre de fertilité très large, ce qui peut réduire l’espace de jeu habituel au sein du couple. Cela encourage la créativité ! Mais aujourd’hui, avec l’expérience, je sais comment on peut réduire la phase fertile avec une très bonne observation– je suis passée en mode experte ! Mais aux femmes, j’apprends avant tout la sécurité maximale.

Aujourd’hui tu es conseillère chez Sympto.org. Peux-tu expliquer en quoi cela consiste ?

C’est une méthode facile, sûre à 100% si la femme et son compagnon décident de prendre en main la responsabilité et la gestion de leur fertilité.

En quatre ans, j’ai déjà instruit 42 femmes en conseil personnalisé et une centaine à travers des cours de formation ou conférences. Quand on passe le permis de conduire, on a besoin au départ d’un moniteur pour apprendre les caractéristiques de la voiture. Moi je suis là pour apprendre à la femme comment marchent son système reproductif et l’outil sympto. Je lui apprends à apprendre à se connaître, à s’aimer, à se respecter. Une fois que tu as le permis plus personne ne va te redemander un examen. C’est pareil avec ton cycle. Une autre image, c’est le vélo. On l’apprend qu’une fois dans sa vie !

sympto est un outil de travail thérapeutique exceptionnel, hors pair. Un bijou de la technologie moderne. Un trésor pour les femmes et les hommes. La diffusion de ce savoir devient de plus en plus une mission de vie pour moi. La récompense est de voir l’évolution des femmes qui se confient à moi, qui me font confiance. C’est inestimable. J’apporte mon amour et mon respect aux femmes et à leur parcours de vie qui les a amenées à connaître cette alternative.

Valentina_S_Puglia06 août 2013-083 webQue t’a apporté l’expérience de formatrice en symptothermie ?

J’ai appris à ne plus juger les femmes qui prennent la pilule, ou les femmes qui acceptent le stérilet au cuire.

Le stérilet empêche la nidation mais pas la fécondation. La femme peut faire des fausses couches à répétition sans le savoir… Je trouve cela encore plus problématique que la pilule.

J’ai appris à respecter le parcours des femmes qui ont subi des abus ou des violences et mon travail est de les sortir du rôle de victime pour qu’elles regagnent leur pouvoir sur elles. Avec la ST, on peut aussi débloquer des traumatismes de l’enfance ou comprendre plein de choses sur des comportements addictifs ou déviant dont nous n’avons pas forcément conscience.
AuJourd’hui, je suis aussi devenue une Mère Lunaire (Moon Mother, selon le protocole de Miranda Gray). Je prodigue les soins de l’utérus et les bénédictions. Il s’agit d’équilibrages énergétiques très forts et très libérateurs. Avec la combinaison de mes connaissances en sexologie, ST, yoga, tantrisme et yogathérapie, je me spécialise dans le « releasing » (le nettoyage) des mémoires émotionnelles abortives ou traumatiques au niveau de la sexualité. J’enseigne aussi comment on peut suivre nos cycles en relation avec les cycles lunaires, à l’aide de la réalisation des mandalas ou quadrants lunaires.

Mais passer de la pilule à la symptothermie, c’est parfois difficile ! Quels sont tes conseils pour les femmes/couples qui veulent débuter ?

Velida22062013_16-3-2 webBravo tout d’abord ! Elles n’ont pas choisi une méthode, elles ont choisies « elles-mêmes », un style de vie, un parcours de dialogue et d’écoute.

Je conseille d’y mettre de la curiosité et de l’attention massive, surtout au début. Quand on arrive à ce choix, c’est souvent le bon moment, il faut en profiter ! Mais comme dans l’exemple de la voiture, il faut rester prudent, vigilant et calme au volant. La ST développe l’écoute du silence des organes, dirige vers la santé générale et l’équilibre émotif et relationnel. La ST demande beaucoup de clarté et de cohérence interne, comme on a vu, c’est tout un chemin. La ST demande de la force et de la douceur en même temps. Donc je conseille de faire preuve de patience, d’acceptation et de bienveillance.

Je leur conseille de commencer ce parcours accompagnée par une conseillère spécialisée plutôt que seule (même si cela n’est pas contre-indiqué).

Je conseille sympto, sympto et encore sympto. Avec la Fondation SymptoTherm, nous avons fait des études comparatives avec d’autres programmes similaires disponibles sur le marché international. Ces études sont disponibles sur le site sympto.org. A vous de découvrir que sympto est au point sur la totalité des possibilités cycliques. Depuis 15 ans 0, je dis 0 bug du système. Un prodige de l’avant-garde !

Si elles-eux veulent venir directement en formation avec moi, c’est possible. J’en suis honorée d’ores et déjà. Elles(-eux) peuvent me trouver via sympto.org, via le site de la Fondation Symptotherm, via le Centre Vitalitis à Lausanne où j’ai mon cabinet, soit bientöt via mon site www.valentinasalonna.com

A qui déconseilles-tu cette méthode?

A celles et ceux qui ne se sentent pas prêtes-prêts à assumer leur fertilité par cette méthode, mais peut-être qu’ils ne savent pas encore que un monde sans hormones de synthèse est vraiment possible. Que ce message puisse leur arriver s’ils le cherchent depuis longtemps.
Aux femmes et aux hommes qui ont peur ou qui n’ont juste pas envie d’aller chercher trop loin le pourquoi et le comment des choses. Des fois, faire l’impasse sur certaines responsabilités peut simplifier les choses… pour un moment :-).
Aux femmes qui croient que l’émancipation de la femme passe par la pilule. Cela leur donne une identification sociale, encore une fois, complètement respectable. Je suis avec elles en amour et respect.

Namasté12 juillet 20132-12_ppnamastésofwebt

 

 

MAIS, au fond de mon cœur, je ne déconseille la ST à PERSONNE. Puissent toutes les femmes du monde la connaître et la passer à leurs filles et petites-filles !

 

5 réflexions au sujet de « « La symptothermie, c’est un style de vie ! » »

  1. Personnellement j’ai un moyen de contraception encore plus simple , cela fait 8 ans que nous la pratiquons avec mon compagnon elle m’a été transmise par l’esprit d’une plante sacrée: cela consiste à demander à son partenaire avant chaque rapport de pas nous donner sa semence et il doit répondre qu’il est d’accord afin d’informer nos cellules respectives et ce qui implique que notre partenaire se retire avant d’éjaculer bien sûr. Aucun accident et nous avons une sexualité très épanouie et très active, nous avons des rapports à n’importe quel moment sans risque. Le pouvoir que nous avons sur notre corps est bien plus puissant que nous l’imaginons…

  2. Bonjour, depuis plus de 30 ans que je pratique la gynécologie , je vous garantis qu’aucune méthode contraceptive est de 100% d’efficacité …mais bon…je suis confrontée à bcq bcq bcq de demandes d’IVG…
    Cordialement

    1. en tant que sage femme du planning familiale je suis entièrement d’accord avec vous!!ça marche à 100% avec l’aide des centres IVG biensur

      1. Sans doute les femmes que vous recevez pour un IVG sont-elles mal formées à la méthode, voire pas du tout. La symptothermie (ne parlons pas des autres méthodes naturelles, inefficaces) s’apprend et cela demande plusieurs mois; Il est évident que cela ne s’improvise pas. Nous aimerions aussi recevoir des commentaires à propos des femmes qui doivent avorter bien qu’elles soient sous pilule… Cela existe, mais on n’en parle pas, pour éviter de décrédibiliser ce moyen de contraception fiable à 92% seulement dans la pratique, et source de très nombreux effets secondaires.

Laisser un commentaire