Tous les articles par Sympto

Recherche sur sympto par laura symul

Laura Symul, une chercheuse de l’Ecole Polytechnique de Lausanne, vient de publier un article qui comparait les données de sympto avec celles de kindara. Le but n’est pas encore de confirmer l’efficacité de sympto que nous connaissons depuis 2009, cela sera notre prochaine étape, mais d’analyser les données de ces deux applis en vue d’une meilleure connaissance scientifique:

Un résumé français se trouve sur le site de l’EPFL:

https://actu.epfl.ch/news/les-applications-de-fertilite-sont-elles-utiles/

Visualizing the data from the modelling part of the study. Each line is a user, each dot is a day. The dot colors are inferred biological states; Red dots are the menses; black dots are the most likely day of ovulation; blue dots are the follicular phase days; yellow dots are the luteal phase days. Credit: L. Symul (EPFL/Stanford)

For many women of reproductive age, the most common way of assessing their menstrual health and fertility means regular visits to a gynecologist or another clinician. When it comes to evaluating changes in fertility, menstrual health, and quality of life, these visits typically rely on remembering, which can lead to significant inaccuracies in evaluation.

On the other hand, many women today are turning to so-called “fertility awareness” (FAM) apps to support them in tracking their menstrual cycles. There is a multitude of such apps available, which only demonstrates how popular they’ve become in recent years.

But how accurate are FAM apps? What do users track? Can they help them and their gynecologists? These are hard to answer for a simple reason: Neither visits nor app use have been systematically studied on a population level to determine and compare their accuracy in evaluating menstrual health and fertility in a meaningful way.

This is what Laura Symul at EPFL’s Digital Epidemiology Lab has done. Working with Stanford University (which she has now joined), Symul led a large-scale study on 200,000 users of two FAM apps, Sympto and Kindara. Both apps support the “Sympto-Thermal Method” and facilitate the identification of the fertile and infertile times of a woman’s menstrual cycle by taking into account recordings of cervical fluid, body temperature at wake-up, and other biological signs.

The scientists tracked more than 30 million days of observations from over 2.7 million menstrual cycles. The overall study had two aims: First, to see how and what users voluntarily track on FAM apps. Second, to find out if these records allow an accurate detection and estimation of ovulation timing.

In terms of user demographics and behavior, the study found that the typical FAM app user is around 30 years old, lives in a western country (in Europe or Northern America) and has a healthy BMI. App users log their observations more frequently when they also log sexual intercourse, and when you look at them on a population level, reported fertility awareness body signs exhibit temporal patterns that follow very closely those that have been found in small-scale clinical studies.

Analyzing the data, the scientists found that women who were seeking pregnancy recorded Sympto-Thermal measurements every single day for up to 40% of their menstrual cycles. Then, by modeling the data, they found that the average duration and range of the follicular phase, which begins the menstrual cycle and ends at ovulation, were larger than previously reported. In fact, the modeling showed that only 24% of ovulations occur at days 14 to 15 of the cycle. On the other hand, the data showed that the duration and range of the luteal phase – the latter part of the menstrual cycle – matched previous studies.

The findings offer an affordable means for studying the interactions between the menstrual cycle and other physiological systems on a large scale. “Our study provides a common ground for users and their doctors to incorporate digital records in their visits, evaluate their own menstrual patterns and compare them with the statistics we report,” says Laura Symul.

She continues: “New technologies, and in particular self-tracking, are changing the way we perceive our bodies and health. Both users and doctors wonder about the opportunities and the usefulness of digital self-tracking. Our study shows that users voluntarily track their menstrual cycle and fertility-related body signs very frequently, and what they track is aligned with what is expected in the vast majority of cases. While these measurements and observations are noisy and not perfectly regular, they provide valuable information for inferring the underlying hormonal changes and timing of ovulation in a way that is scalable both in time and in number of participants.”

Marcel Salathé, director of the Digital Epidemiology Lab adds: “The digital epidemiology approach presented here can help to lead to a better understanding of menstrual health and its connection to women’s health overall, which has historically been severely under-studied.”

Other contributors

University of Geneva

Funding

Swiss National Science Foundation (Postdoc Mobility grant)

Reference

Laura Symul, Katarzyna Wac, Paula Hillard, Marcel Salathé. Assessment of Menstrual Health Status and Evolution through Mobile Apps for Fertility Awareness. Nature Digital Medicine xx xxxx 2019. DOI: xxxxxxxx

Contact

Professor Marcel Salathé

+41 21 69 30991, +41 21 69 55206

marcel.salathe@epfl.ch

Dr Laura Symul

+1 650 313 8116

lsymul@stanford.edu

New sympto Shop

Dear sympto users,

You have purchased a product in the symptoSHOP or downloaded our Learning Manual.

We thank you very much for your patronage!

Check out our new symptoSHOP here: www.sympto.org/3/en/shop

The sympto app, a technological marvel, has been in existence since 2009 and requires maintenance and upgrades. This is subject to funding…

I  am asking you to support us in this process:

Either in the Google Play Store (sympto PLUS) or in the App Store (sympto free) leave a positive feedback and select a high star rating so that other women may find our apps easily.

No matter if you have an account on sympto, you can support our Foundation’s efforts by donation: http://symptotherm.ch/support.

You will receive a tax receipt upon request.

Thank you for your patronage and support! 

Muriel Wettstein

President of the SymptoTherm Foundation

Evelyne

Bonjour,
J’ai commencé à pratiquer la méthode sympto thermique en 2010. Pour moi c’est l’outil le plus efficace et fiable en terme de contraception naturelle. 
Je me sens libre, confortable et connectée à ma féminité sans pilule. Cette méthode me permet de savoir avec encore plus de précision où j’en suis dans mon cycle que ça soit pour la contraception comme pour la conception de mon enfant il y a 5 ans. 
Si j’avais eu une fille, c’est incontestablement à cette méthode que je l’aurais initiée. 
Sympto c’est être en lien avec son cycle naturel, reconnaître les différentes phases, les sécrétions, l’élixir ET prendre 7 températures en mode experte. 
Personne ne peut dire aujourd’hui que c’est du charlatanisme ou du n’importe quoi ! C’est sérieux, cela regroupe plusieurs observations physiologiques, c’est fiable pour moi qui ai un cycle assez régulier et stable. 
J’encourage les femmes à se renseigner, lire, échanger et se faire accompagner pour découvrir et pourquoi absolument adopter la méthode sympto. 
Evelyne

Nouvelles D’ete 19

Chères utilisatrices de sympto,

Vous aviez acheté un produit ou téléchargé notre manuel sur notre ancien shop sympto et nous vous remercions de votre geste! La Fondation SymptoTherm passe une phase très difficile à cause notamment des autorités de santé suisses (swissmedic) qui voudraient nous brider et qui nous enquiquinent méchamment depuis 2014! On va gagner contre eux mais ils nous ont fait perdre beaucoup de clientes, paniquées par les messages on ne peut plus lâches de l’ancienne présidence de la Fondation.

Ensuite, le projet sympto 3 est prêt (vous avez sympto 2 qui marche depuis 2009!) et il nous faut des fonds pour l’implémenter.

Nous avons un besoin urgent de votre soutien:

Découvrez notre nouveau shop sympto : www.sympto.org/3/fr/shop
Avec votre téléphone: allez sur sympto PLUS (si vous avez un android) ou sur sympto free (App Store) et laissez-nous un commentaire positif: des utilisatrices qui n’essaient même pas la méthode nous démolissent…
Que vous ayez un compte sympto ou pas, allez sur http://symptotherm.ch/soutien et faites un geste avec votre don et demandez une attestation pour votre déclaration fiscale!

Merci de soutenir la cause féminine universelle que nous défendons.
Harri

Fondation SymptoTherm

Sympto en espagne, suite !

Nous sommes très fières de vous présenter une nouvelle symptothermicienne qui vient d’obtenir son certificat Pâquerette PLUS: il s’agit de Marta Mondéliar de Madrid qui a créé son propre réseau internet autour de sa vision pour les femmes en désir d’aligner leur sensualité, spiritualité et souveraineté.

Pour Marta, la symptothermie est devenue une partie de sa mission et de sa vie. Elle présente ses découvertes ici (en espagnol) sur son site « Mujeres sentada en circulo, tribu virtual de empoderamiento feminino.« 

We are proud to introduce our recent Daisy PLUS graduate, Marta Mondéjar from Spain, who has created her own virtual women’s circle centered around her vision of aligning women with their sensuality, spirituality and sovereignty.

She has made the symptothermy part of her life and mission, and shares her discovery here on her website about Virtual women Circle for Women Empowerment (in Spanish)

Evolution des tarifs 2019


Pour cette nouvelle année que vous nous souhaitons heureuse et fertile, nous adaptons successivement les tarifs :

1) en un premier temps, nous passons, du Franc suisse à l’Euro. Donc un suivi Apprentissage coûtera désormais 150 € et non 150 CHF.

2) pour coller à vos besoins en matière de suivi, aussi pour marquer la haute qualité de nos services et de notre didacticiel, et en proposant une rémunération correcte de notre réseau de conseillère, nous allons revoir tous nos produits et toutes nos offres au cours de l’année 2019.

Le passage à l’€uro risque d’entraîner quelques désagréments techniques mais nous ferons au mieux pour passer ce cap.

Merci de votre compréhension et de votre soutien !

Pour le Conseil de Fondation: 
Muriel Wettstein, présidente
Harri Wettstein, secrétaire

Information aux utilisatrices de sympto.org

Mise à jour : le déblocage de la situation a été effectué par les recours que nous avons déposés. 

Chères utilisatrices de sympto.org et des applis sympto,

Comme vous avez pu le constater, depuis le 20 décembre 2018, toute nouvelle inscription sur le site Sympto.org a été bloquée par décision de l’Autorité de surveillance des fondations en Suisse. Cette dernière estime que nous ne nous sommes « pas soumis à la procédure d’évaluation de la conformité. Dès lors, le site est bloqué afin d’éviter toute nouvelle inscription ».

Nous avons suivi la demande du tribunal

Or nous nous sommes bien soumis à la procédure d’évaluation, comme nous l’avons assuré dans un précédent communiqué, à la suite de l’arrêt du tribunal fédéral du 17 septembre 2018! Nous avions reconnu que nous avions perdu et que nous devions devenir un dispositif médical. Soit. Nous avons donc immédiatement déposé un dossier pour être reconnu dispositif médical de classe I auprès de Swissmedic le 12 octobre 2018. La preuve, c’est que Swissmedic nous a répondu.

Revirement de Swissmedic : de la classe I à la classe II.

Mais, dans sa réponse datant du 3 décembre 2018, Swissmedic a délivré un refus, argumentant que sympto devait, finalement, se soumettre à la certification de classe II (dispositif à haut risque), s’appuyant sur un nouveau guide pour interpréter la réglementation européenne sur les dispositifs médicaux, manuel datant du 30 octobre 2018, donc après le dépôt de notre déclaration et qui n’a, en aucun cas, de valeur législative ou coercitive, comme l’expriment d’ailleurs les auteurs de ce groupe de travail dès l’introduction.

Quid de l’arrêt du tribunal?

Pour mémoire, les conclusions du tribunal nous avaient bien  confirmé que nous sommes en classe I, comme l’indique le point 7: « Quant à la classification du logiciel «sympto» en tant que dispositif médical actif selon l’annexe IX ch. 1.4 de la Directive 93/42/CEE et dans la classe I selon l’annexe IX ch. 3.3, règle 12, de la Directive 93/42/CEE, celle-ci n’est pas contestée par les parties à la procédure (…). Il sied de préciser que Swissmedic a tenu compte dans sa décision au stade de la classification de l’application « sympto » (…) qu’il ne s’agissait pas d’une méthode contraceptive à effet barrière qui protège mécaniquement d’une grossesse ou de maladies sexuellement transmissibles. Cette distinction a mené l’Institut à classer le logiciel « sympto », considéré comme une méthode de contrôle de la conception, en classe I et non en IIb. (…) Comme exposé ci-dessus, le logiciel sympto se trouvant dans la classe I, le fabricant peut évaluer en règle générale lui-même la conformité de son logiciel autonome, sans intervention d’un organisme de certification ».

Nous vous précisons également que les autres applications symptothermiques actuelles sont elles aussi des dispositifs de classe I. Pourquoi donc nous refuser cet agrément, quitte à évoluer ensuite, au fur et à mesure des évolutions législatives ?

Nous devons donc faire un nouveau recours

Cette décision de bloquer le site met en péril les ressources de la fondation et sa capacité à poursuivre ses activités. C’est pourquoi nous venons d’interjeter un recours contre cette décision de blocage. Ce recours est adressé au Département de l’intérieur. Un 2e recours va etre formulé au Tribunal de St. Gall dans les délais impartis contre cette nouvelle classification arbitraire. Ces deux recours doivent avoir un effet suspensif immédiat par rapport au blocage.

Nous demandons de faire en sorte que Swissmedic nous traite dans la classe I. Au cas où il y aurait des compléments d’information à ajouter, il serait normal que Swissmedic nous le dise et nous donne un délai raisonnable pour que nous puissions obtempérer à leur demande. Ceci est valable aussi si jamais nous devions in extremis faire une accréditation CE pour la classe II : comment pourrions-nous faire une nouvelle demande d’accréditation sans avoir l’accès à sympto.org ?

Nous demandons donc de faire ouvrir les accès au back-office aux membres du conseil de la fondation et de supprimer le texte délétère sur la page de garde de sympto.org pour permettre aux nouvelles inscriptions de pouvoir se faire.

Harri Wettstein, secrétaire de la fondation

Tribunal Administratif Fédéral de St. Gall a rejeté notre recours

Tribunal Administratif Fédéral de St. Gall a rejeté notre recours: nous devons donc faire une certification simple de dispositif médical, mais sans recourir à un organe de certification officiel comme Swissmedic nous l’avait demandé au départ en 2015 (voir point 7 des conclusions de l’arrêt), donc une petite victoire quand même pour nous.

La certification demandée par Swissmedic sera faite et pendant ce délai nous avons le droit de continuer notre travail normalement. Le nouveau visuel qu’Alain Rhis a créé est de nouveau sur le site sympto.org.

Le recours contre Swissmedic n’a jamais mis sympto dans l’illégalité.
Actuellement, la déclaration de certification est chez swissmedic et nous attendons le résultat : soit Swissmedic accepte tout tel quel, soit ils demandent des compléments d’information et nous les fournirons dans le plus brefs délais. Nous irons jusqu’au bout de cette certification qui se présente de manière beaucoup plus simple que du temps du recours, en 2015!

Les conseillères peuvent donc continuer leur travail sans crainte. sympto continue normalement.

Questions ou demande de compléments: info@symptotherm.ch

Méthode du retrait : qui veut jouer à la poussette russe?

La méthode du retrait est sûrement l’une des méthodes de contraception les plus vieilles au monde! Avec le scandale des pilules de 3e et 4e génération, les multiples désagréments des hormones de synthèse (baisse de la libido, sécheresse vaginale…) et les réticences des hommes (et même des femmes) à mettre le préservatif, le retrait a plus que jamais la côte. Même chez les couples adeptes de la symptothermie,  méthode naturelle de contraception qui permet de se passer du préservatif une partie du cycle (voir www.sympto.org), on pratique parfois le retrait en guise de méthode de protection sur les jours fertiles.

La technique du retrait, qu’est ce que c’est ?

Le retrait est aussi connu sous le nom de coitus interruptus ou coït interrompu. Il s’agit d’une pratique sexuelle, lors de laquelle les partenaires arrêtent le rapport sexuel avant l’éjaculation.

Les méthodes de contraception se divisent en plusieurs catégorie, celles bloquant l’ovulation, celles empêchant la fécondation et enfin, celles empêchant l’implantation d’un œuf. La méthode du retrait appartient donc à la deuxième catégorie de contraception, celle empêchant la fécondation de l’ovule. En effet, dans la théorie les spermatozoïdes ne rentrent jamais en contact avec l’ovule. Le taux d’efficacité théorique de cette méthode est de 96%.

Une pratique en progression

Selon l’étude Fécond de 2013, menée conjointement entre l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) et l’INED (Institut National d’Etudes Démographiques) le retrait connaît auprès des couples un regain d’intérêt, en effet, entre 2010 et 2013, celui-ci enregistre une augmentation de 3,4 points.
Cette tendance est venue se confirmer en 2014, lorsque l’INSERM rappelait que pour 5,2% des femmes entre 20 et 44 ans, la méthode du retrait était la contraception adoptée. Ce chiffre étant en hausse de 2,1 point par rapport à l’année précédente1.

Cette tendance n’est pas une exception française, car selon la fédération du Québec pour le planning des naissances, 9% des personnes hétérosexuelles actives utilisaient cette méthode en 20022.

La méthode du retrait, une fiabilité toute relative

Nous l’avons vu précédemment la méthode du retrait, enregistre un taux d’efficacité théorique de 96%. Ce qui la place au coude à coude avec d’autres techniques de contraception comme le préservatif 98% et le diaphragme 94%. Toutefois, cette technique connaît un taux d’efficacité pratique (lors d’une utilisation courante, dans la vie de tous les jours en tenant compte des erreurs et des oublis) de 78% uniquement. Il faut comprendre que 22% des rapports utilisant cette méthode engendrent une grossesse non désirée. Ce taux est élevé et place en réalité cette méthode de contraception dans les dernières du classement.

Les témoignages des conseillères en symptothermie qui exercent aussi une activité dans les plannings familiaux vient confirmer les risques de cette technique : « la majorité des avortements auxquels nous faisons face est directement lié à des rapports « retrait ». Même si, en théorie, l’efficacité paraît bonne, sur le terrain le retrait est responsable de beaucoup de grossesse non désirée ».

Si connaître un pourcentage est intéressant, savoir quelle en est sa cause l’est encore plus. Ce taux élevé s’explique de deux façons :
– la première raison réside dans la possible présence de spermatozoïdes dans le liquide pré-séminal. Ce liquide ne contient pas, par nature, de petits soldats. Mais il peut arriver que suite à une précédente éjaculation, certains spermatozoïdes restent dans le canal de l’urètre, et se retrouve emportés par le liquide pré-séminal lors du rapport suivant.
– la deuxième raison, est un facteur humain. En effet, la méthode du retrait est basée sur le fait que l’homme doit se contrôler au moment le plus crucial. L’éjaculation étant un réflexe, repérer les signes annonciateurs est un exercice de haute voltige en temps normal, chose encore plus délicate lors d’un rapport sexuel où garder son sang froid n’est pas vraiment une priorité. Enfin, chez certains hommes un minime écoulement de sperme peut advenir pendant le rapport, en marge de l’éjaculation.

 

Si vous voulez quand même pratiquer le retrait, voici quelques conseils.

– Tout d’abord, il faut s’assurer que l’homme n’a pas éjaculé dans un rapport précédent (s’il y a eu la veille au soir par exemple) : le meilleur réflexe est pour lui d’uriner pour éviter que le fluide pré-éjaculatoire ne contiennent des spermatozoides.

– Le retrait peut être associé à une autre méthode barrière  pour renforcer son efficacité  :  préservatif + retrait en période fertile ou diaphragme + retrait. Pour le diaphragme,  qui permet d’éviter l’inconfort du préservatif, il faut néanmoins s’assurer d’une pause correcte (+ gel spermicide) et savoir que son efficacité est légèrement inférieure à celle du préservatif.

– la connaissance du cycle (permise par une méthode comme la Symptothermie)  permet de connaître les jours potentiels pour un retrait à faible risque.  Il conviendra alors d’éviter cette pratique pendant la haute fertilité. Donc le retrait en toute connaissance de son cycle  se rapproche d’un retrait conscient, et non à l’aveugle comme chez un couple qui ne connait pas le cycle féminin de la partenaire.

Ce qu’en dit Harri Wettstein, secrétaire de la fondation SymptoTherm, auteur du manuel La Symptothermie complète : « S’il y a une unanimité par rapport à une technique, c’est bien par rapport au retrait et la contraception. Sur Sympto, notre appli mobile pour apprendre la symptothermue, quand le couple pratique le retrait, il doit mettre l’icône du cœur (rapports sexuels non protégés) et non le cœur entouré (rapports sexuels protégés : préservatif,  diaphragme). Nous constatons que le retrait reste largement utilisé…

« Dans mon roman Sandra et Timmy, j’explique comment le retrait pourrait éventuellement être pratiqué par le couple qui a appris une approche plus pacifiée des rapports, type « slow sex » et qui ne vise pas le réflexe orgasmique systématiquement. Un tel couple, bien en amont du réflexe orgasmique, donc pas trop proche, qui ait des pénétrations pratiquement sans bouger, risquera beaucoup moins, mais cela reste très individuel. Il n’y a plus de « retrait » éjaculatoire dans ce cas, il y aura la détumescence après un certain temps. Il y a des hommes qui y arrivent « naturellement » chez d’autres « cela ne marche pas ».»

1 Article du Monde du 11 Août 2014

2 http://www.fqpn.qc.ca

Mon corps ne vous appartient pas: pour une autonomie face au tout médical

Après le livre de Sabrina Debusquat « J’arrête la pilule », un nouveau pavé dans la marre de la contraception médicalement assistée!

À l’occasion de la sortie du livre Mon corps ne vous appartient paschez Albin Michel, le 18 janvier 2018, la fondation SymptoTherm se félicite de voir la méthode symptothermique citée parmi les solutions alternatives à la contraception et conception médicalement assistée. Elle salue l’audace et la véracité de cet essai « contre la dictature de la médecine sur les femmes », véritable tabou de société mis à nu sous la plume talentueuse de Marianne Durano, professeur en lycée public et mère de deux enfants.

La fondation SymptoTherm invite les femmes à opter pour une contraception naturelle efficace : la symptothermie, une méthode gratuite et accessible à toutes grâce au manuel en téléchargement libre sur sympto.org. La nouvelle version du manuel La Symptothermie complète est annoncée pour fin janvier.

La fondation rappelle que l’appli mobile sympto est un didacticiel d’apprentissage, classé numéro 1 des app’ pour la contraception selon l’étude américaine indépendante (Facts). Ce classement permet de choisir une appli qui applique la méthode de la symptothermie. La fondation met en garde les femmes face aux applications mobiles « marketing » qui ne font que recycler de vieilles méthodes inefficaces pour mieux rendre les femmes dépendantes d’une nouvelle technologie secrète/brevetée.

Fondation SymptoTherm (Suisse)
Contact : presse@symptotherm.ch
www.blog.sympto.org
www.sympto.org
symptothermie.com